A l’occasion des 100 ans de la mort de Jean Jaurès, retrouvez le discours qu’il a prononcé le 3 juillet 1897 sur l’idée socialiste :

Messieurs, si j’étais capable – et je ne le suis point – d’apporter ici une grande nouveauté, je crois bien que je m’en garderais. II y a aujourd’hui dans le monde – je dis à dessein : dans le monde – un parti socialiste, une idée socialiste. A coup sûr ce parti est d’esprit libre, toujours attentif aux mouvements de la réalité, toujours prêt à réviser sous la leçon des faits ses formules mêmes essentielles. Mais enfin, depuis un siècle de recherches intellectuelles et de luttes ouvrières, il a abouti à une conception générale, et il n’y a pas lieu jusqu’ici de la tenir pour incomplète ou pour insuffisante.

Le socialisme universel affirme à l’heure actuelle que pour émanciper les travailleurs il n’y a aujourd’hui qu’une solution, oh ! blessante pour beaucoup d’intérêts, troublante pour beaucoup de préjugés, pénible même à beaucoup de bonnes volontés hésitantes, pénible peut-être à ceux qui dans la lutte purement politique sont nos voisins de combat, mais qui sont séparés de nous par certaines conceptions économiques fondamentales. Oui, il y a une conception commune à laquelle ont abouti les socialistes de toutes les écoles et de tous les pays : c’est qu’il n’y a qu’un moyen de libérer le prolétariat ; c’est, partout où il y a divorce, où il y a séparation de la propriété et du travail, de remplacer ce qu’on appelle le capital, c’est-à-dire la propriété privée des moyens de production, par la propriété sociale commune ou collectiviste des moyens de production. Et sans faiblesse, sans hésitation, sachant bien que cette formule générale saura bien dans son unité s’adapter à la diversité des conditions économiques, nous la proclamons pour le monde paysan comme pour le monde industriel. (Applaudissements à l’extrême gauche.)

Et nous ne pouvons pas ne pas la proclamer. Elle est, je le répète, le résultat de tout un siècle d’efforts intellectuels et de combats ouvriers. Pour y aboutir, il a fallu que l’expérience, que la dure réalité brisât tous les systèmes intermédiaires, tous les systèmes transactionnels ou s’essayait timidement la bonne foi des réformateurs.

Lire la suite de cet article »

Publié par Laurent Logiou dans Parti Socialiste

Tags:

Dans son rapport annuel publié la semaine dernière, le Programme des Nations Unies pour le développement s’alarme du niveau important et persistant de la pauvreté dans le monde : 2,2 milliards de personnes sont dites pauvres ou vivent dans le quasi-dénuement. En cause selon les experts, l’absence de politiques et réglementations sociales efficaces sur le long-terme. En outre, bien que les niveaux de développement humain semblent continuer d’augmenter, des inégalités de revenus et dans l’accès à l’éducation perdurent.

La lutte pour le développement humain doit passer, comme le préconise le rapport, par une prise en compte et une diminution des vulnérabilités, l’accès universel à la protection et aux services sociaux et le retour à des politiques de plein emploi.

Face à ce constat, chaque Etat doit engager de véritables réformes. À l’approche de l’échéance des objectifs du Millénaire pour le développement, plus loin que les mots, il s’agit à présent, pour l’ensemble de la communauté internationale, de démontrer, dans la création du nouvel agenda, d’une approche volontariste. Si l’instabilité financière et économique globale est une donnée à prendre à compte, elle ne doit néanmoins plus être un frein au progrès.

Publié par Laurent Logiou dans Non classé

Tags:

Suite à leur réunion annuelle, la Communauté d’Agglomération Havraise et son délégataire pour la gestion de l’aéroport du Havre-Octeville ont annoncé la suppression, dès le 31 juillet, de la ligne Lyon-Le Havre. Assurée jusqu’à présent par la compagnie Twinjet, cette ligne n’a pas trouvé son public avec un taux de remplissage des vols très faible (à peine 40%). Une énième preuve que la concurrence aéroportuaire en Normandie -trois aéroports dans un rayon de soixante kilomètres-  est politiquement injustifiable et financièrement insoutenable.

Depuis 2006, les Régions Haute et Basse-Normandie défendent l’idée d’un unique aéroport Normand, à Deauville. Les études l’ont montré, les chiffres le prouvent encore aujourd’hui : en plus de bénéficier d’un grand nombre d’atouts géographiques et touristiques, l’aéroport de Deauville-Normandie est celui qui connait la meilleure progression de trafic. Entre 2006 et 2013, le nombre de passagers empruntant l’aéroport du Havre-Octeville a sombré, divisé par trois (de 52 000 à 17 000) tandis que, dans le même temps, le nombre d’utilisateurs de l’aéroport Deauville-Normandie a plus que doublé (de 55 000 à 130 000).

Il y a quelques mois, Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie, Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie, et Philippe Augier, Maire de Deauville, ont écrit au Maire du Havre et Président de la CODAH pour le convaincre de l’utilité pour la ville du Havre et son agglomération, mais aussi pour tout le territoire Normand, de rejoindre la démarche interrégionale pragmatique qu’ils portent, au delà des clivages politiques, autour de l’aéroport de Deauville. A l’heure où nous construisons ensemble la Normandie, le groupe socialiste et divers gauche de la Région appelle de nouveau à faire le choix du rassemblement autour de l’aéroport de Deauville, dans l’intérêt du territoire et pour une gestion plus efficiente de l’argent public.

Publié par Laurent Logiou dans Région

Le Parlement vient d’adopter une grande loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes qui traite enfin de tous les aspects de ce sujet : égalité professionnelle, lutte contre les violences, lutte contre la précarité….
De façon symbolique, le droit à disposer de son corps est pleinement reconnu avec la suppression de la situation de détresse dans le droit à l’avortement.
De même, la place du père dans l’éducation de l’enfant est prise en compte avec la réforme du congé parental.
Enfin, des mesures concrètes sont également prises pour faciliter la vie des femmes en difficulté en particulier celles qui sont privées de la pension alimentaire pour leurs enfants en raison de la défaillance du père.
Cette loi marque une étape importante dans l’amélioration de la vie quotidienne des femmes et dans la reconnaissance de leurs droits, et contribuera à faire évoluer les mentalités.

Publié par admin dans Non classé

Tags:

L’Assemblée Nationale a adopté hier en première lecture le projet de loi relatif à la délimitation des régions. En attendant le vote à venir sur les compétences, cette nouvelle carte prévoit le passage d’ici 2016 de 22 à 13 Régions, avec notamment la fusion de la Haute et de la Basse-Normandie. Plus de trente ans après les lois Defferre, c’est une nouvelle fois la Gauche qui fait avancer la décentralisation.

Ce projet de loi est pleinement cohérent avec l’action engagée depuis plusieurs mois par le Président Nicolas MAYER-ROSSIGNOL et Laurent BEAUVAIS, son homologue de Basse-Normandie, en faveur du rapprochement de nos politiques et des coopérations interrégionales autour de la vallée de la Seine.

Les élus du groupe socialistes et divers gauche à la Région Haute-Normandie saluent le vote favorable des députés socialistes haut-normands, Guillaume BACHELAY, Christophe BOUILLON, Dominique CHAUVEL, Jean Louis DESTANS, Valérie FOURNEYRON, Estelle GRELIER, Sandrine HUREL, François LONCLE, Luce PANE et Catherine TROALLIC, ainsi que celui d’une poignée d’élus de droite qui, à contre courant des consignes de vote de leur groupe, ont eu le sens de l’intérêt general.

Tel n’est malheureusement pas le cas des députés UMP Franck GILARD, Françoise GUEGOT et Bruno LE MAIRE. Ce dernier a préféré sacrifier ses engagements régionaux sur l’autel de son ambition personnelle en votant, comme la quasi-totalité de ses collègues de la droite et du centre, contre la Normandie. Comme il l’avait fait il y a quelques mois en votant contre la loi sur le non-cumul des mandats. “Faites ce que je dis, pas ce que je fais” semble être, désormais, sa devise. Hier, les masques sont tombés. Une fois de plus, il y a en Normandie les diseux… et les faiseux.

Publié par Laurent Logiou dans Région

Deux projets de loi très attendus ont été présentés ce matin en Conseil des Ministre : l’un sur l’asile et l’autre sur l’immigration.
Le premier texte vise à restaurer le droit d’asile.
Parce qu’il élève les garanties dont bénéficient les demandeurs d’asile, qu’il réduit les délais d’instruction et prend mieux en compte les personnes vulnérables, ce texte constitue un progrès pour toutes les personnes victimes de persécution, de tortures, aujourd’hui confrontées à des délais et à des conditions d’attente insupportables.
Le texte réaffirme l’indépendance de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et le rôle spécifique de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). De même, le fait que le texte privilégie l’accueil en Centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) plutôt qu’en hébergement d’urgence est une bonne nouvelle pour les demandeurs d’asile.
Le second texte présenté en Conseil des ministres concerne le droit des étrangers, et propose une nouvelle logique dans l’accueil et l’insertion des migrants. Il rompt avec la précarité institutionnalisée du séjour, en instaurant des titres pluriannuels dont les socialistes appelaient la création depuis longtemps. Ces nouveaux titres auront aussi pour effet d’améliorer l’accueil des étrangers dans les Préfectures et de mettre fin à de fastidieuses et très inefficaces démarches administratives.
Le texte substitue au contrat d’accueil et d’intégration qui n’avait de contrat que le nom un parcours d’intégration construit autour de la maîtrise de la langue française, que nous avons toujours considérée comme 1er facteur d’insertion et outil d’émancipation.
En matière d’éloignement, l’assignation à résidence est privilégiée par rapport à la rétention.  L’activité des services ne sera plus évaluée aux chiffres de reconduites.
Lors du débat parlementaire des propositions d’évolution de ces deux textes, et en particulier : le souhait de voir l’Allocation Temporaire d’Attente (ATA) familialisée, le rétablissement de l’intervention du Juge des libertés et de la détention en amont des tribunaux administratifs et la durée de la rétention.

Publié par admin dans Non classé

Tags:
L’Assemblée nationale vient d’approuver le projet de loi sur le choc de simplification de la vie des entreprises. C’est un volet important de la réforme de l’Etat et du Pacte de responsabilité et de solidarité qui nécessite la contribution de chacun : citoyens, entreprises, entrepreneurs et salariés. Ce projet de loi, fruit d’un travail important de consultation, est un pas vers davantage de lisibilité, demandée par tous, et de compétitivité. Il apportera en outre plus de clarté pour les usagers et les administrations. 14 mesures sur les 50 proposées seront votées et rentreront en vigueur avant la fin de l’année. Les autres mesures seront adoptées par arrêtés et décrets.
Au nombre des simplifications mises en avant, entre autres, le droit de « rescrit » sera appliqué à d’autres domaines que la fiscalité afin de renforcer la sécurité juridique des sociétés souhaitant développer de nouveaux projets (le silence de l’administration, notamment dans le domaine social, vaudra acceptation). Le titre emploi service entreprises sera élargi aux entreprises comptant moins de 20 salariés. Le principe de confiance en matière fiscale sera par ailleurs instauré. C’est une marque importante de la reconnaissance de la France envers ses entreprises. C’est un temps important pour la modernisation et la réforme de l’Etat.

Publié par admin dans Non classé

Tags:
S'abonner à la Lettre d'Informations
S'abonner au Flux RSS